Le FMI propose de taxer l’épargne des ménages

Le Font Monétaire International (FMI) présidé par Christine Lagarde, suggère dans un rapport publié le 10 octobre 2013 de prélever une taxe exceptionnelle de 10% sur l’épargne des ménages européens. Objectif : rembourser (en partie) la dette publique des Etats de l’UE. Une mesure radicale qui peut paraître surréaliste, mais qui a déjà été appliquée par le passé… Central Finances, leader du rachat de crédits de proximité, revient pour vous sur cette information.

Taxer l’épargne des ménages : la solution anti-crise du FMI

Le FMI s’inquiète. Les dettes publiques s’envolent, et les mesures d’austérité décidées conjointement par les gouvernements et Bruxelles ne s’avèrent peut-être pas aussi efficaces que prévues. Parmi les scénarios envisageables pour remédier à la situation : taxer l’épargne des ménages à hauteur de 10%, et ainsi rembourser une petite partie de la dette. L’idée, si elle est appliquée, permettrait par exemple à la France de revenir à son niveau d’endettement de 2007, à une période où une crise économique mondiale paraissait inenvisageable. Les experts du FMI apportent toutefois très peu de précisions sur les modalités de ce projet. On ignore par exemple si les dépôts bancaires sont dans le viseur.

2 650 milliards d’euros d’épargne en France

On le sait : les Français sont les champions européens de l’épargne. Leur patrimoine financier s’évaluerait en effet à 2 650 milliards d’euros (dont 365 milliards rien que pour le livret A et le LDD). La proposition de taxe du FMI générerait donc pas moins de 265 milliards d’euros, soit autant qu’une année de recette fiscale. 265 milliards, c’est aussi 13% de la dette actuelle de la France. Un pactole non négligeable pour le FMI, et bien sur les banques…

ÉTUDE GRATUITE DE REGROUPEMENT DE CRÉDITS

Valider
Taxer l’épargne : des précédents historiques

L’idée du FMI n’est pas nouvelle. Prélever un pourcentage sur l’épargne des ménages a déjà été appliqué dans toute l’Europe au lendemain de la première guerre mondiale, ainsi qu’au Japon et en Allemagne après 1945. Dernier exemple en date : Chypre, qui taxe depuis cette année les dépôts bancaires supérieurs à 100 000 euros à hauteur de 37,5%. Il apparait toutefois peu probable que cette mesure soit appliquée en France dans l’immédiat. Ce rapport traduit cependant l’inquiétude du FMI quant à la situation des finances des Etats européens.

Réduisez vos mensualités avec le rachat de crédits Central Finances, et bénéficiez d’une trésorerie pour la réalisation de tous vos projets.